• Rejoignez-nous sur
La Direction Archives et Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (DANTIC) est à vos côtés pour assurer la visibilité des actions du Ministère de l'Environnement et Développement Durable (MEDD).

Il répond au doux nom de Lesula et a une tête bien sympathique, avec de grands yeux, un nez bien marqué, et une belle crinière blonde. Cette espèce de singe africain vit dans une zone de 6.500 km² ; dans le territoire Tshuapa-Lomami-Lualaba ; au centre de la République Démocratique du Congo dans ce qui est l'une des dernières forêts encore inexplorée par les biologistes.

"Cercopithecus lomamiensis" est la deuxième espèce de singes découverte lors des 28 dernières années. L'étude, publiée dans la revue Plos One en septembre 2012, a été réalisée par John et Therese Hart et financée par l'Université de Yale et la Fondation Arcus entre autres. 

Le premier spécimen avait été identifié en juin 2007 dans une école de la ville d'Opala, un homme l'avait recueilli après avoir retrouvé sa mère morte. Cette espèce ressemble à un cercopithèque à tête de hibou, ou cercopithèque d'Hamlyn mais sa couleur reste très différente.

Il vit principalement en petits groupes de cinq individus maximum. Ce sont les habitants de cette ville qui l'ont surnommé Lesula.

"Le challenge est maintenant de faire du Lesula une espèce emblématique pour symboliser la conservation de la faune en danger au Congo", a expliqué John Hart, l'un des biologistes en charge de l'étude.

Le Cercopithecus Lomamiensis est une espèce de singe à part, jusque-là inconnu des scientifiques, mais pas des habitants de la République Démocratique du Congo (RDC) qui le connaissaient, et le surnomment Lesula. Une découverte qui est l’œuvre des biologistes américains John et Teresa Hart, de l’université de Yale, qui exploraient une zone de forêt humide du centre de la RDC vierge de tout recensement systématique de la faune.

 Leur première rencontre remonte à 2007, ils observent alors une femelle ressemblant fortement à une espèce de singe déjà recensée, mais présentant des particularités … Après avoir interrogé les populations locales, qui leur rapportent avoir déjà observé ces singes, les scientifiques comprennent qu’il s’agit d’une espèce non recensée et se lancent alors à la recherche de Lesula dans son habitat naturel, au cœur de la forêt humide, entre les fleuves Lomami et Tshuapa.

Après des études minutieuses les résultats des travaux des biologistes ont été publiés récemment dans la revue scientifique PLOS ONE. Le Cercopithecus Lomamiensis vivrait en petits comités, cinq individus maximum, se nourrirait presque exclusivement de végétaux et fruits, et bien que grimpant aux arbres, à l’inverse des autres singes, il passerait beaucoup plus de temps au sol… ce qui pourrait le mener à sa perte.

Le Lesula est en effet apprécié des populations locales pour sa viande. Toutefois sont identification toute récente pourrait permettre d’aider à sa préservation. En raison de son joli minois les deux scientifiques ambitionnent d’en faire le porte-drapeau de la fabuleuse faune, mais néanmoins menacée, de la République Démocratique du Congo.

Selon cette étude, la nouvelle espèce, appelée Cercopithecus lomamiensis, présente notamment des particularités au niveau de la face : "une crinière de longs cheveux blonds grisonnants encadre une face protubérante, pâle et nue, et un museau, avec un nez variablement distinct montrant une rayure verticale de couleur crème". Grâce à leurs travaux, les scientifiques ont également établi que l'animal se retrouvait sur une surface de forêts denses de 16.800 kilomètres carrés. 

 

Recevez nos infos par e-mail


Recevoir
Gestionnaire du site web : DANTIC  -  Copyright : MEDD